Humeurs

Maman égoiste

08:51

blog maman

Noah a 2 ans et 3 mois. C'est cet âge qu'il a choisi pour commencer sa crise d'adolescence, ou plutôt sa crise des 2 ans (j'ose espérer que celle de l'ado est moins bruyante). 10 jours qu'il me mettait la misère à pleurer à chaque contrariété et 3 jours qu'il se réveillait la nuit alors qu'il dort toujours ses 12h.
À chaque départ à 18h pour aller le chercher à la creche je me disais que ma journée commençait vraiment. Je voyais déjà le hurlement arriver une fois passé la porte de la maison et qu'il allait se rendre compte que, non, son père ne rentrait encore pas ce soir.

Alors quand son père est rentré je suis partie. 2 jours pour le boulot mais 2 jours que je voyais comme des vacances. 
Pas de chouinements, pas de contraintes, pas de bouffe à préparer. 
J'étais tellement à bout et fatiguée que j'aurais pu partir seule sans raison professionnelle. Noah a eu un début de conjonctivite mais je suis partie quand même. Je n'ai pas fais les courses, pas préparer ses affaires pour la crèche, pas ranger la maison, pas acheter ses médicaments, pas préparer sa valise pour le week-end où on se rejoignait ensuite chez nos amis. J'ai tout laissé en plan et je suis partie. 

Une mère indigne et égoïste.

J'ai vécu pour moi pendant 2 jours, j'ai éteint mon cerveau durant chaque minute de calme, j'ai pris l'avion et le train sans jamais me demander comment j'allais faire pour l'occuper et passer le temps. Puis j'ai prévu une soirée "very bad mom" avec mes amies le dernier soir. Le thème : j'ai 17ans et pas d'enfant. On s'y est cru, la soirée était mémorable, on s'est faites virer de boîte de nuit à 6h du mat.
On avait trop bu, on avait l'air de rien, sûrement pas de mères de famille. Mais mon dieu que ca m'a fait du bien.

J'ai retrouvé mon fils le matin même, toujours aussi chiant mais j'ai rechargé mes batteries pour les 5 mois à venir où son papa ne sera pas là. Prête à affronter le terrible two, prête à continuer à l'aimer de toute mon âme. Parce qu'il est ma vraie vie, que je ne changerais pour rien au monde mais que ça fait du bien de déconnecter de temps en temps.

2 jours plus tard je suis encore partie 2 jours à Bruxelles pour le boulot. J'ai retrouvé un petit garçon beaucoup plus calme à mon retour. Lui aussi a rechargé ses batteries. Et quand il m'a couru dans les bras avec le plus beau sourire du monde mon coeur a fondu. 

You Might Also Like

4 commentaires

  1. Comment ça mère indigne??? Non, non, NON! Mère tout court, mère normale! Tu n'as pas abandonnée ton fils seul, il était avec son papa qui a bien dû se débrouiller comme un grand. Il faut recharger les batteries et s'offrir du temps pour soi, sinon on fini dingos et ce n'est bon pour personne. Assez de nous faire culpabiliser! On est pas des robots! Et vive les sorties "Bad Mom" avec les copines!

    RépondreSupprimer
  2. Comme je vous comprends!
    J'ai un week-end retrouvailles avec mes frangins en mai...sans enfants, sans conjoints,...
    Mon mari n'a JAMAIS gardé les enfants seul...
    J'avoue que j'ai peur mais.... zut! J'ai envie d'avoir encore 17 ans moi aussi ��

    RépondreSupprimer
  3. C'est pas être indigne ni égoïste. C'était aussi offrir un moment de partage entre père et fils. Se ressourcer, on en a tous besoin et c'est bien plus difficile de s'octroyer ce temps sans culpabiliser que de rester dans son "inconfort". En novembre je suis descendue sur Lyon pour voir mon amie durant tout le week-end! C'était génial de ne plus avoir de contraintes, de passer du temps entre filles. A mon retour j'étais aussi ressourcée. :-)

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour je suis depuis quelques temps ton blog et je me décide à écrire pour la 1ere fois un commentaire. Ton article reprend exactement ce que j'ai vécu début decembre 2016. Un week-end FILLES sans compte à rendre, sans enfant à gérer (j'ai2 filles-3ans et 10 mois). C'est un week-end pendant lequel on n'a pas beaucoup dormi et mangé surtout liquide mais je suis revenue ressourcée, prête à affronter le quotidien. Tes articles me font vraiment du bien et pour certains j'aurais aimé savoir mettre les mots moi-même sur certaines situations. Bonne continuation. Céline.

    RépondreSupprimer